Les opérations dans le Nord

Les Forces armées canadiennes (FAC) opèrent dans le Nord depuis plus d’un siècle. Elles contribuent à la Stratégie pour le Nord du gouvernement du Canada en :

  • Menant des opérations courantes de souveraineté dans le Nord;
  • Travaillant régulièrement avec d’autres ministères;
  • Menant des patrouilles régulières de surveillance et de sécurité (terrestres, maritimes et aériennes);
  • Surveillant et en contrôlant l’espace aérien septentrional sous la responsabilité du Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord (NORAD);
  • Menant des réponses coordonnées aux activités de recherche et sauvetage (SAR) aéronautiques et maritimes;
  • Assurant l’entretien de l’installation de réception de renseignements d’origine électromagnétique à la Station des Forces canadiennes (SFC) Alert, l’installation habitée la plus septentrionale au monde.

Travailler avec nos partenaires

Une gérance efficace du Nord est assurée par l’entremise de partenariats parmi des ministères et organismes fédéraux, provinciaux et territoriaux, ainsi que de relations bien établies avec les chefs, les collectivités et les habitants du Nord, ce qui comprend les collectivités autochtones.

Les FAC collaborent étroitement avec plusieurs ministères et organismes gouvernementaux pour réaliser leur mandat. Elles soutiennent également les activités de sécurité de leurs partenaires, comme les interventions en cas de catastrophe et la lutte contre les drogues, la contrebande et le terrorisme. Parmi ces partenaires, citons :

  • La Garde côtière canadienne (GCC);
  • La Gendarmerie royale du Canada (GRC);
  • Le ministère des Pêches et des Océans (MPO);
  • Environnement et Changement climatique Canada;
  • Sécurité publique;
  • Parcs Canada;
  • Les gouvernements du Yukon, des Territoires du Nord-Ouest et du Nunavut.

Force opérationnelle interarmées (Nord)

Le commandement et contrôle opérationnels des ressources militaires dans la zone d’opérations septentrionale est assuré par la Force opérationnelle interarmées (Nord) (FOIN), une des six forces opérationnelles régionales du COIC. La FOIN sert également de liaison avec les gouvernements et les collectivités des Territoires du Nord-Ouest, du Yukon et du Nunavut.

En plus de son quartier général situé à Yellowknife, dans les Territoires du Nord-Ouest, la FOIN maintient des détachements à Whitehorse, au Yukon, ainsi qu’à Iqaluit, au Nunavut. Yellowknife est également l’hôte de la compagnie C du Loyal Edmonton Regiment, une unité d’infanterie de la Première réserve. Le soutien aérien tactique est assuré par le 440e Escadron de transport, qui utilise des aéronefs Twin Otter munis de skis ou de pneus de toundra pour être en mesure d’opérer dans le rude environnement arctique.

La FOIN emploie les Rangers canadiens (une sous-composante de la Réserve des FAC) dans le Nord par l’entremise du 1er Groupe de patrouilles des Rangers canadiens (1 GPRC), dont les membres mènent plus de 110 patrouilles et opérations chaque année pour offrir des services de surveillance et de présence aux FAC dans des régions isolées du Nord.

Opérations

Les FAC maintiennent une présence toute l’année dans la région septentrionale du Canada par les activités de la FOIN et une gamme d’exercices interarmées et d’opérations de souveraineté annuelles menées dans l’Extrême-Arctique, dans l’Arctique de l’Ouest et dans l’Arctique de l’Est. Les objectifs précis de chaque opération diffèrent, mais elles ont toutes le même but global :

  • Assurer la souveraineté du Canada dans la région;
  • Faire progresser les capacités des FAC en matière d’opérations dans l’Arctique;
  • Améliorer la coordination et l’interopérabilité interministérielle en réponse à des enjeux de sécurité dans le Nord.

Les opérations suivantes sont menées chaque année :

  • L’opération NUNALIVUT emploie les capacités uniques des Rangers canadiens et du 440e Escadron de transport pour soutenir les opérations de la FOIN dans le rude environnement de l’Extrême-Arctique;
  • L’opération NUNAKPUT est une opération de souveraineté et d’interopérabilité intégrée de la FOIN menée en collaboration avec la GCC, le MPO, Environnement Canada et la GRC. Elle se déroule sur le Grand lac des Esclaves, sur le fleuve Mackenzie et dans la région de la mer de Beaufort, y compris sur l’île Herschel. Les membres du 1 GPRC jouent un rôle de premier plan dans la prestation de connaissances locales et de services de mentorat aux participants provenant du Sud pendant cette opération;
  • L’opération NANOOK est la plus importante opération de souveraineté annuelle menée par le Canada et comprend des membres et des ressources des Rangers canadiens, de l’Armée canadienne, de la Marine royale canadienne (MRC) et de l’Aviation royale canadienne (ARC) en collaboration avec des partenaires pangouvernementaux et internationaux;
  • L’opération NEUVS constitue le déploiement annuel d’une équipe technique des FAC pour effectuer du ravitaillement et l’entretien du Système de transmission de données dans l’Extrême-Arctique (STDEA), qui assure un lien de communication entre la SFC Alert, à l’extrémité Nord de l’île d’Ellesmere, et le reste du Canada;

Recherche et sauvetage dans le Nord

Au Canada, la recherche et le sauvetage (la SAR) est une responsabilité partagée parmi les organisations fédérales, provinciales/territoriales et municipales, ainsi que les organisations de SAR aéronautiques, terrestres, maritimes et bénévoles.

Le Canada compte trois régions de SAR (SRR) et chacune contient un centre conjoint de coordination de sauvetage (JRCC) doté par des membres de l’ARC et de la GCC. La responsabilité de l’amorce d’une réponse de SAR dans le Nord canadien incombe généralement au JRCC dans la région où la réponse est requise :

  • Le JRCC Victoria fournit la principale réponse SAR dans le territoire du Yukon;
  • Le JRCC Trenton dans les Territoires du Nord-Ouest et le Nunavut, y compris le Nord de l’île de Baffin;
  • Le JRCC Halifax dans le Sud de l’île de Baffin.

La principale responsabilité des FAC en matière de SAR est la prestation de services de SAR aéronautique et maritime et la coordination du système de SAR aéronautique et maritime.

De nombreuses ressources des FAC sont prépositionnées dans divers endroits à l’échelle du Canada pour soutenir les opérations de SAR. On peut faire appel aux aéronefs suivants pour les opérations de SAR dans le Nord :

  • Les aéronefs CC130 Hercules basés à Winnipeg, à Trenton et à Greenwood;
  • Les hélicoptères CH149 Cormorant basés à Greenwood, à Gander et à Comox;
  • Les aéronefs CC115 Buffalo basés à Comox;
  • Les aéronefs CC138 Twin Otter basés à Yellowknife;
  • Les hélicoptères CH146 Griffon basés à Cold Lake, à Trenton et à Goose Bay.

Les FAC collaborent également avec des partenaires internationaux pour offrir une plus grande couverture en matière de SAR dans la région arctique et pour mener des exercices de SAR conjointement avec d’autres pays arctiques. En mai 2011, le Canada et sept autres pays membres du Conseil de l’Arctique ont signé l’Accord de coopération en matière de recherche et de sauvetage aéronautiques dans l’Arctique à Nuuk, au Groenland, pour renforcer les réponses des membres du Conseil aux urgences dans cette région.

Les ressources des FAC peuvent également aider à mener des efforts de recherche et sauvetage au sol (RSS), des évacuations sanitaires et des interventions humanitaires si l’autorité compétente provinciale/territoriale ou municipale en fait la demande. Les Rangers canadiens, des membres de la Réserve des FAC, aident régulièrement à mener des efforts de RSS sur demande dans des régions peu peuplées du pays.

Armée canadienne

L’Armée canadienne dispose d’une gamme de ressources basées à l’échelle de l’Arctique ainsi que d’autres qui peuvent être déployées à très court préavis.

Quatre groupes-compagnies d’intervention dans l’Arctique (GCIA) fournissent les forces nécessaires pour mener des opérations de souveraineté dans le Nord canadien. Ils sont principalement composés de réservistes de l’Armée et soutenus par des membres de la Force régulière. Deux GCIA sont maintenus à haut niveau de disponibilité opérationnelle pour les déploiements estivaux et deux pour les déploiements hivernaux.

Le MDN et Ressources naturelles Canada ont collaboré pour créer le Centre d’entraînement dans l’Arctique (CAA) des FAC à Resolute Bay, au Nunavut. Le CAA des FAC fournit un emplacement stratégique et permanent pour la préparation et la projection de force à l’échelle de l’Extrême-Arctique. Il permet de prépositionner de l’équipement et des véhicules et sert de poste de commandement pour les opérations d’urgence et les interventions en cas de catastrophe en soutien aux autorités civiles.

La compagnie C (Yellowknife) du Loyal Edmonton Regiment est sous le commandement du 41e Groupe-brigade du Canada basé à Edmonton, en Alberta, et constitue la première compagnie de réserve de l’Armée à être postée et dotée dans une région aussi nordique que Yellowknife. La compagnie s’entraîne en vue d’opérer dans le rude environnement arctique en soutien à d’autres formations et unités des FAC, ainsi que d’autres ministères fédéraux.

Les Rangers canadiens sont une sous-composante de la Réserve des FAC et jouent le rôle des yeux et des oreilles des forces militaires dans les secteurs peu peuplés afin de démontrer une présence visible des FAC à l’année longue dans l’Arctique canadien. Ils mènent des patrouilles de souveraineté et de surveillance, recueillent des données importantes sur le plan militaire, offrent des connaissances et de l’expertise locales aux opérations, participent aux opérations de SAR et fournissent de l’aide aux autorités fédérales, provinciales/territoriales ou municipales. Leurs membres vivent dans plus de 200 collectivités et parlent 26 langues et dialectes, dont bon nombre sont autochtones. Les Rangers comptent environ 5 000 membres répartis en 179 patrouilles, chaque patrouille étant constituée d’au moins huit rangers.

Marine royale canadienne

La MRC joue un rôle essentiel dans l’assurance de la souveraineté du Canada le long des trois côtes par l’entremise de la participation régulière aux opérations et aux patrouilles dans les eaux septentrionales canadiennes. La MRC aide également les autres ministères à faire respecter les lois nationales et internationales.

Les patrouilles de protection des pêches, ou FISHPAT, sont menées en vertu d’un protocole d’entente en soutien au MPO visant la surveillance des navires de pêche et le respect des règlements en matière de pêche dans la zone d’exclusion économique du Canada. La MRC fournit des frégates de classe HALIFAX ou des navires de défense côtière de classe KINGSTON.

Deux centres des opérations de la sûreté maritime (COSM), situés à Halifax (Nouvelle-Écosse) et à Esquimalt (Colombie-Britannique), assurent la surveillance des eaux arctiques. Les COSM sont dotés de représentants des cinq principaux partenaires intéressés par la sécurité maritime :

  • L’Agence des services frontaliers du Canada;
  • Le MDN/les FAC;
  • Le ministère des Pêches et des Océans (y compris la GCC);
  • La GRC;
  • Transports Canada.

Aviation royale canadienne

L’ARC mène des patrouilles aériennes de souveraineté, de reconnaissance et de surveillance pour défendre l’espace aérien canadien et américain, y compris le Nord. Elle offre également de l’aide aux opérations de souveraineté et de SAR dans le Nord.

Le 440e Escadron de transport, qui relève de la 8e Escadre Trenton, en Ontario, est la seule unité volante de l’ARC basée dans le Nord. Cet escadron basé à Yellowknife utilise quatre aéronefs CC138 Twin Otter pour effectuer des vols de transport, de service et de liaison. Le 440e Escadron demeure en mesure de mener des opérations en dehors d’aéroports en utilisant des skis pendant l’hiver et des pneus de toundra pendant l’été. L’ARC déploie également des aéronefs de patrouille à long rayon d’action CP140 Aurora régulièrement pour des patrouilles de reconnaissance aériennes.

La SFC Alert est aussi sous le commandement de l’ARC par l’entremise de la 8e Escadre Trenton, en Ontario. Elle maintient une capacité de géolocalisation (le processus de détermination de l’emplacement géographique d’une personne ou d’un objet) et offre du soutien aux opérations de SAR, ainsi qu’à celles d’Environnement Canada et de chercheurs arctiques, entre autres.

L’ARC, en conjonction avec le "North American Aerospace Defence Command" (NORAD), maintient quatre emplacements d’opérations avancés dans le Nord. Ils offrent l’infrastructure et le matériel nécessaires pour soutenir le déploiement de chasseurs CF188 Hornet dans des endroits éloignés.

Trois commandements

Le Canada maintient une solide relation bilatérale de défense avec les États-Unis. Au niveau militaire, la collaboration s’effectue grâce à la relation entre les trois commandements, c’est-à-dire le Commandement des  opérations interarmées du Canada, le United States Northern Command (USNORTHCOM) et le NORAD. Le Cadre de coopération dans l’Arctique des trois commandements constitue un plan pour la collaboration militaire entre le COIC, le USNORTHCOM et le NORAD. Le Cadre cerne des domaines de collaboration accrue, notamment la planification, la connaissance du domaine, la mise en commun de l’information, l’instruction et les exercices, les opérations, le développement des capacités et la science et la technologie.

NORAD

Le NORAD a été mis sur pied en 1958 à titre de commandement militaire binational avec le mandat de surveiller et de défendre l’espace aérien nord-américain, dont le Nord canadien constitue une région critique. Aucun membre du NORAD n’est installé de façon permanente dans le Nord, mais la Région canadienne du NORAD (dont le quartier général est situé à Winnipeg) maintient une infrastructure importante dans la région.

À plusieurs reprises pendant une année donnée, la Région canadienne du NORAD mène des opérations et des exercices à divers EOA, parfois en partenariat avec la Région alaskienne ou la Région continentale américaine du NORAD, ou encore avec les deux.

Le NORAD maintient également le Système d’alerte du Nord, une série de 11 radars à longue portée et de 36 autres à courte portée situés le long de la côte arctique de l’Amérique du Nord. Lié avec les autres radars du NORAD, ce système offre une zone de couverture longue de 4 800 kilomètres et large de 320 kilomètres qui part de l’Alaska et traverse le Canada pour se rendre au Groenland, ce qui permet au NORAD de détecter toute activité aéroportée.

La mission du NORAD a été étendue en 2006 pour comprendre les avertissements de menaces maritimes possibles pour permettre aux autorités nationales compétentes, comme le COIC, d’intervenir au besoin.

Date de modification :